RECETTE : CHOUCROUTE MAISON

DE LA CHEFFE : STEPHALE HUON DE KERMADEC

On trouve encore beaucoup de choux, profitons-en pour tester de nouvelles façons de le préparer !

Ingrédients :
– Un chou bio au choix : vert, frisé, rouge…
– Du sel marin non raffiné

Le procédé :
– On découpe le chou le plus finement possible, avec une mandoline si on a
– On pèse la quantité obtenue
– On ajoute 3% du poids total en sel de mer brut non raffiné (les sels raffinés compromettraient la réussite de la fermentation)
– On malaxe au moins 10 minutes avec des mains propres, jusqu’à ce que le jus sorte bien.
– On rempli un bocal avec rondelle de caoutchouc de type Le Parfait, en tassant très fortement entre chaque ajout pour que le jus recouvre bien tout le chou et qu’il n’y aie pas de poche d’air.
– Mettre un poids pour maintenir toute la préparation dans son jus.
–  Refermer le bocal et laisser fermenter au moins une semaine à température ambiante. Laisser le bocal dans un récipient car pendant les 2-3 premiers jours il peut y avoir des écoulements, c’est tout à fait normal et bon signe 😉

Astuce : on peut rajouter nos épices et aromates préférés dans la préparation, amusons-nous !

 

 

 

 

  • Comment est née ton activité et pourquoi?
    La cuisine est pour moi une clé du bien-être. J’ai grandi dans une famille où les valeurs de respect de la planète, de la vie sous toutes ses formes, prendre soin de son corps et de sa beauté au naturel faisaient partie intégrante de notre hygiène de vie. Je me suis donc très tôt intéressée à ces sujets et ai commencé ma carrière dans les cosmétiques bio. Il y a quelques années je décide une reconversion et m’autorise à repartir de zéro, pour aller vers une de mes passions : cuisiner ! J’avais en effet découvert quelques années plus tôt la cuisine végane pour des raisons éthiques, et quelle surprise de découvrir une cuisine variée, colorée, réjouissante ! En cours de route je découvre la « raw food », ces saveurs m’émerveillent à tel point que je décide de m’y former pour un jour pouvoir les partager avec le plus grand nombre. Cela m’amènera à Londres et en Californie où j’ai eu la chance de travailler avec Matthew Kenney, un grand nom de la raw food, et d’être chef de cuisine dans le restaurant qu’il ouvre à Londres.
    À la suite de cela, après un voyage de plusieurs mois à travers l’Asie du sud-est pour parfaire mes connaissances de ses mille saveurs, je décide d’un retour aux sources. Je vis à nouveau dans ma chère Provence natale, enchantée de retrouver ses saveurs incomparables, et poursuis une nouvelle aventure : partager avec ses habitants les multiples facettes d’une cuisine à la fois savoureuse, saine et pétillante de vie !

  • Quels sont les atouts pour ton activité d’être en circuit court ?
    J’ai choisi de fonctionner en circuit court pour préserver au maximum la qualité de ma production. Je pense que la façon dont on cuisine, notre état d’être influe sur la qualité de notre cuisine, je crois beaucoup au label « fait avec amour ».
    Par ailleurs j’aime le relationnel et partager ma passion avec les personnes que je peux rencontrer lors de mes ventes directes, sur des salons ou autres évènements.
    Cela me donne aussi beaucoup de flexibilité et je m’autorise à m’inspirer des saisons et des produits disponibles chez mon fermier pour créer mes produits. J’adore me laisser inspirer par ce que j’y trouve !

Stéphaële HUON DE KERMADEC :
Facebook: Chef Stéphaële
Instagram: chef_stephaele
Mobile: 07 52 06 47 44

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *